Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

L'hypocras, la boisson des archers

 

HNI_0053-copie-1.JPG

 

Voici, chers amis lecteurs, la recette de l'hypocras, la boisson des archers que le commissaire Elée déguste au Cochon qui sommeille, avant d'apprécier le spectacle dévolu au sus scrofa domesticus, plus connu sous le nom de "porc domestique"...

 

L'hypocras est originaire du Puy-enVelay.

 

 

 

hypocras 001-copie-1

 

 

Elée a une petite préférence pour un pinot noir, qui met en valeur les épices sans les concurrencer par une saveur trop tanique...

 

Pour vous remettre dans l'ambiance de cet étrange cabaret, la voix spectrale de Jimmy Scott (dans Sycomore Trees) s'immiscera dans votre lecture (cliquez, en bas de page, sur le lien video).

 

 

 

Extrait de Folles Coches :

 

Ses yeux s’habituèrent peu à peu à la lumière chiche du restaurant, émanant de chaque table comme d’une monade humblement animée par la lueur d’une bougie. Des appliques murales en forme de petit cochon complétaient, d’une lumière discrète sous le rose cuit, l’éclairage de la salle. La voix spectrale de Jimmy Scott s’élevait doucement de baffles invisibles,  répartis dans la pièce de telle sorte qu’on avait l’impression qu’elle jaillissait, intacte, de derrière soi.  La serveuse reparut, et ses doigts, débarrassés de la poudre claire de l’épice, posèrent  délicatement quelques amuse-bouches sous le nez de Jules. Celui-ci contempla, sans surprise, la couleur pourpre de la pulpe des doigts de la jeune fille. Il dut avoir l’air tellement déçu qu’elle hésita à repartir et vérifia qu’il aimait ce genre d’amuse-gueule. Elée lui sourit et commanda un hypocras, pour retrouver l’odeur perdue du gingembre. Ses doigts saisirent un des fruits enveloppés dans une fine tranche de lard fumé dont l’odeur tiède titillait ses narines, et le portèrent à ses lèvres, d’un geste mécanique. Il commença à mâcher mais s’interrompit bientôt, soucieux de rééduquer ses sens, dont certains fonctionnaient décidément un peu mieux que d’autres. Il se concentra sur l’étrange et heureux mélange des saveurs qui se distillaient sur sa langue et, songeant à l’hypocras, spécula cette fois sur des associations. Des couples s’installaient à présent à intervalles réguliers aux tables qui l’entouraient et il se distrayait de leurs attitudes, repérant les fusionnels et les hypertendus, à tous les stades de la décomposition. Son attention fut attirée par une très jeune fille qui lui rappelait Amélie, sa jeune voisine, et son compagnon âgé, qui s’installèrent à quelques mètres de lui. Il comprit la nature de leur relation en surprenant le regard homicide du vieil homme sur la jeune fille, lorsque celle-ci rendit son sourire à un homme installé non loin d’elle. La saveur juteuse de la prune s’estompa dans sa bouche et il remercia d’un signe de tête la serveuse qui lui apportait son hypocras, plus nerveuse depuis que le restaurant s’était empli. Il ne regretta pas son choix et s’imprégna de l’odeur délicate et complexe du breuvage qu’il avait sous le nez. C’était un véritable hypocras, amoureusement préparé par quelqu’un là-bas, en cuisine. Jules se délecta  du parfum merveilleux de la noix de muscade, du gingembre, du miel et de la cardamone avant de tremper ses lèvres dans le délicieux breuvage. Lorsqu’il rouvrit les yeux, la jeune fille assise en face le fixait nerveusement, troublée par le plaisir évident qu’il avait à boire.

 

 

Et pour finir, une petite illustration du spectacle qui laisse Elée dubitatif. Mais le commissaire en a vu d'autres, et il est de toutes façons déjà trop éméché pour être bon juge...

 

cochon 001


 Dessin de Valérie Michaut, Copains comme cochons, Editions Cartes d'art.

 

 

À propos

Site de Nathalie Garance, romancière.